L'AVANTAGE A AVOIR DES FESSES GENEREUSES SELON LA SCIENCE


13 octobre 2017

Croyez les ou pas, les chercheurs ont trouvé une explication biologique à la graisse des fesses : elle permettrait selon eux, d'engendrer un enfant plus intelligent et ce, à travers l'allaitement.

Il s'agit d'une très sérieuse étude de l'Université de Pittsburgh (Etats-Unis) qui prouve que les graisses qui forment les formes généreuses des femmes sont directement acheminées vers le cerveau du bébé lors de l'allaitement et participent ainsi à sa construction.

« La graisse des fesses est un dépôt prévu pour le développement cérébral de l'enfant », explique le Professeur Will Lassek, épidémiologiste et auteur principal de l'étude. « Il faut beaucoup de graisse pour constituer un système nerveux, et celles contenues dans les fesses et les hanches des femmes sont enrichies en DHA (acide docosahexaénoïque), un composant important du cerveau humain. C'est comme si les femmes avaient évolué de façon à accumuler ces graisses et à les conserver jusqu'à l'arrivée d'un bébé.» Sur 5 millions d'années, le cerveau humain est en effet passé d'un volume de 400 ml à 1 200 ml, ce qui expliquerait le stockage de plus en plus important de graisses chez la femme.

La raison de la présence d'autant de graisses chez la femme (30% de leur poids total contre 10% chez l'homme) a longtemps été un mystère, mais cette explication pourrait bien éclaircir les choses. « C'est un taux de graisses similaire à celui observé chez les ours lorsqu'ils hibernent ou chez les baleines qui vivent dans les eaux glaciales arctiques », ajoute le chercheur, qui a publié ses conclusions dans un livre Why women need fat, littéralement « Pourquoi les femmes ont besoin de graisses ». Comme pour nous rassurer, il ajoute que cette masse graisseuse est en partie perdue durant l'allaitement (en moyenne 500gr par mois), puisque l'enfant en tire profit.

Selon David Bainbridge, biologiste de la reproduction à l'Université de Cambridge, ces résultats expliqueraient aussi pourquoi les hommes se tournent souvent vers les femmes aux courbes généreuses : ils y verraient indirectement la possibilité d'une descendance viable et intelligente. Pour une fois, la science nous rassure !